Le mois le plus cruel de Louise Penny

Je viens de terminer ce livre de Louise Penny mettant toujours en scène l’inspecteur-chef de la Sureté du Québec Armand Gamache. J’ai beaucoup aimé l’ambiance comme d’habitude toute en finesse …

Durant le week-end de Pâques, le village de Three Pines s’anime le temps d’une grande chasse aux oeufs. Mais, une fois la nuit tombée, le monde des vivants se mêle à celui des morts. Après les festivités, Armand Gamache, l’inspecteur-chef de la Sûreté du Québec, découvre une scène de crime des plus inhabituelles. Dans la vieille maison abandonnée des Hadley, où il a déjà failli perdre la vie, une séance de spiritisme, organisée pour libérer la demeure du mal qu’elle recèle, s’est terminée de façon tragique. Un corps sans vie gît à terre, celui d’une participante apparemment morte de peur. Mais Gamache a appris à se méfier des apparences. Il sait que le décor de carte postale de la petite bourgade des Cantons-de-l’Est cache d’inavouables secrets. Dans cette nouvelle enquête, l’inspecteur-chef Gamache, ce bon vivant à la mise délicieusement surannée, révèle sa capacité à tenir bon face à l’adversité et à la trahison.

 

 

Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, je vais lire la suite « Défense de tuer »

Au plus fort de l’été, le Manoir Bellechasse, un hôtel luxueux des Cantons – de – l’Est, accueille les membres d’une riche famille anglo – canadienne réunis pour rendre hommage à leur défunt patriarche. L’inspecteur – chef Armand Gamache, venu célébrer avec sa femme leur trente-cinquième anniversaire de mariage, constate rapidement le troublant comportement de cette famille aux apparences parfaites. Sous la surface trop lisse bouillonne une inavouable rancune longtemps refoulée. Dans les esprits comme dans le ciel, l’atmosphère s’alourdit. Bientôt une tempête s’abat, laissant derrière elle un cadavre étrangement mis en scène. Mais qui aurait l’audace de commettre un homicide sous les yeux de l’inspecteur ? Avec cette quatrième enquête de l’inspecteur – chef Armand Gamache, Louise Penny fait une nouvelle fois preuve d’une ingéniosité subtile et d’une véritable compréhension du psychisme humain. Instaurant un huis – clos tout aussi charmant que déstabilisant, elle laisse ses personnages évoluer jusqu’à ce que leur nature véritable se dévoile dans toute sa laideur. Plus que jamais elle s’impose comme un véritable maître du mystère.

 

 

Une réflexion sur “Le mois le plus cruel de Louise Penny

Laissez moi un petit message

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s