Art contemporain dans la cours de notre immeuble

En arrivant à Turin vendredi dernier, j’ai pu voir qu’il y avait des choses étranges dans le cours de l’immeuble . Après m’être renseigné auprès du vigile (car qui dit oeuvres d’art, dit surveillance), j’ai su que des expositions s’organisaient à Turin dans les cours d’immeubles historiques.

Ces expositions ont lieu à partir du 27 mai et les cours accueilleront aussi des concerts de musique classique. Ces expositions ont lieu en marque de l’Exposition Universelle de Milan.

A Palazzo Birago Glaser & Kunz, «Autoportrait», 2007 e Vedovamazzei (Simeone Crispino e Stella Scala) «After Love » 2003

angelo mistrangelo
torino

Installazioni «site-specific» e sculture per il progetto «Arte alle Corti», che s’inaugura mercoledì 27 maggio , alle 17, a Palazzo Cisterna, in via Maria Vittoria 12. Ideata da Silvio Ferrero e curata da Francesco Poli, la mostra-percorso s’inserisce tra le iniziative per EXPO 2015 e si sviluppa nelle corti e giardini di palazzi storici(orario: 10-19, tutti i giorni, Palazzo Birago chiuso sab. e dom., info@arteallecorti.it, ingresso libero, sino al 10 novembre).

Un progetto che mette in relazione l’arte moderna e contemporanea con l’architettura barocca, con il tessuto urbano e creativo della città. E così nel cortile di Palazzo Civico s’incontra il bronzo «Alveare» di Jessica Carroll e nella Manica Nuova di Palazzo Reale (via XX Settembre 86) si scoprono le mitiche figure femminili di Mainolfi, che è anche presente a Palazzo Chiablese (piazza San Giovanni 2) con «Gerusalemme» di Mondino, Borelli, Ponzio e la scultura di Stoisa.

Il discorso prosegue a Palazzo Carignano, dove è collocata l’installazione, un vero peschereccio, «Mareo Merz» di Elisabetta Benassi. E l’ironica casetta di Vedovamazzei (Simeone Crispino e Stella Scala) e l’auto degli svizzeri Glaser/ Kunz (Daniel Glaser e Magdalena Kunz) sono a Palazzo Birago di Borgaro (via Carlo Alberto 16). Mentre i marmi di Viale si possono vedere a Palazzo Costa Carrù della Trinità (via S. Francesco da Paola 17)insieme alle opere di Sciaraffa, Nunzio e Guaschino.

Umberto Cavenago propone nel Palazzo dell’ex Regio Albergo di Virtù (piazza Carlina 15) una sorta di caravan con camera da letto «a disposizione» dei visitatori. A Palazzo Cisterna espongono Gastini, il giapponese Hidetoshi Nagasawa («Andromeda») e Iuliano con una «fontana post-industriale». Nel giardino (aperto al pubblico da via Carlo Alberto anche sabato e domenica) sculture di Richi Ferrero, Bolla, Astore, Grassino, Todaro, Granieri, Jelena Vasiljev e la ragazza di Spoerri.

Le corti ospitano anche un programma di musica classica e del Torino Jazz Festival, tra cui, sempre alle 18,30, venerdì 29 maggio a Palazzo Birago, Marcella Carboni, arpa; sabato 30 a Palazzo Cisterna Alessandra Bossa e Martin Mayes; domenica 31 a Palazzo Carignano, JST Saxophone Quartet con Luca Neri, Francesco Molinari, Paolo Celonia, Gabriele Peradotto e, lunedì 1 giugno, all’Ex Albergo di Virtù, Biagio Orlandi e Matin Mayes a cura di GreenBrotz Turin.

Dans la cours de notre immeuble, il s’agit d’art très contemporain, car il y a une antenne parabolique, un ascenseur (on a cru au départ qu’ils changeaient le nôtre) enfin c’est assez spécial.

Les Gaulois

Les enfants sont en vacances ce soir dans notre région et nous en profitons donc pour aller passer une semaine “culturelle” à Paris.

Lundi ce sera le musée de Cluny, célèbre musée du Moyen-Âge (c’est au programme et j’adore ce musée).

Mardi, attention, nous voyagerons dans le temps et nous irons rendre visite à nos ancêtres les Gaulois, pas en Armorique mais à la Villette à la Cité des Sciences. En effet, jusqu’au 2 septembre 2012, il y a une exposition géniale et magnifique sur les Gaulois. Elle s’appelle “Gaulois – Une Exposition Renversante”.  Nous avons réservé nos billets sur le Web (vive internet qui facilite beaucoup de choses quand même).

Visite de l’exposition mais aussi atelier fouilles:

LA FOUILLE

Exposition « Les Gaulois, une expo renversante » : la fouille.© CSI/A.Robin.

ENDOSSEZ LE COSTUME DE L’ARCHÉOLOGUE !

L’atelier de fouille situé au niveau 2 de l’exposition permet de fouiller « pour de vrai » la terre avec les outils et les gestes de l’archéologue.
Les séances sont encadrées par des médiateurs formés spécialement pour l’exposition et accueillent une trentaine de personnes toutes les 20 minutes.
Pour participer, enfilez un gilet d’archéologue sur place et attendez le début de la séance (horaires sur place).

Pour fouiller …
  1. Prenez vos outils.
  2. Déblayez couche par couche.
  3. Observez les vestiges. Quelles sont vos questions ?
  4. Une fois que vous avez terminé, remettez la terre dans le bac et rangez les outils.
  5. Rangez votre gilet et essuyez-vous les mains.

EN SAVOIR PLUS SUR LES FOUILLES

Cet atelier est également l’occasion d’apprendre comment sont organisées les fouilles en France, quelle est la différence entre une fouille programmée et une fouille préventive, pourquoi il est interdit de fouiller dans son jardin sans autorisation … et de découvrir l’essentiel du cadre législatif qui règlemente les fouilles.

Si cela vous intéresse, un livre est recommandé pour cette expo:

LE LIVRE

QUI ÉTAIENT LES GAULOIS ?

Couverture du livre : Qui étaient les Gaulois ?

Feuilletez un extrait

Sous la direction de François MALRAIN et Matthieu POUX.

Une coédition Universcience éditions/Editions de la Martinière, 2011.

212 pages
couverture avec découpe, deux dépliants intérieurs
216 x 230 mm
29,90 €

  • Qui étaient vraiment « nos ancêtres » les Gaulois ?
  • Vivaient-ils dans des cahutes de branchages ?
  • Étaient-ils des guerriers sanguinaires et moustachus ?
  • Étaient-ils vêtus de peaux de bêtes ?
  • Étaient-ils affamés de sangliers ?
  • Avaient-ils des temples ?

Les représentations du Gaulois, forgées à partir du XVIIIe siècle, constituent un bric-à-brac de clichés et de préjugés, relevant d’un cabinet de curiosités historiques et préhistoriques. Cette figure fut relayée dans les manuels d’histoire et exploitée par le pouvoir politique à des fins de propagande. Pourtant, le visage du Gaulois est tout autre… Les dernières découvertes archéologiques ont démenti les images d’Épinal.

Les treize auteurs de ce catalogue (archéologues et historiens) mettent au jour avec précision les aspects méconnus de la civilisation gauloise. Ils font voler en éclats les idées fausses et nous présentent une société d’une richesse et d’une complexité insoupçonnées.

La grande palette des illustrations (photographies de fouilles, objets de musée, prospections aériennes, peintures du XIXe siècle, imageries populaire et enfantine, reconstitutions en 3D et images d’un film inédit présenté dans l’exposition…) entrecroise les facettes du Gaulois de légende et celles du Gaulois révélé par la science. Dans un contraste visuel saisissant, ce livre oppose les représentations du passé aux découvertes de terrain les plus récentes, au plus près de la vie quotidienne de ce prétendu peuple des bois.

En tout cas, les filles sont ravies et j’adore ce genre de sortie.

Mercredi, sortie shopping pour les filles et pour moi (la Droguerie, Lyl Waesel ….).

Jeudi “la Tour Eiffel” et oui, nous avons jamais réussi à grimper (moi si il y a longtemps, quand nous étions encore parisiens!!!!), grâce à internet (encore), nous avons réservé les billets en ligne afin d’éviter l’attente au froid.

Vendredi nous verrons et en fin d’après-midi retour vers notre Auvergne d’adoption.

Le grand avantage, nous ne serons pas en vacances en même temps que les Parisiens, donc il y aura peut-être un peu moins de monde.

Bonne journée

Salon créa attitude

Je viens de rentrer, car j’en avais plein les jambes. Premières conclusions, pour les amoureuses de la laine, il n’y avait malheureusement RIEN. Les seuls, qui avaient de beaux étaient Mercredi & Cie, mais vu qu’ils ont un site internet, le choix est vite fait. Je leur ai quand pris une laine rouge foncée mélange alpaga et soie très agréable.

Sinon, Phildar avait un grand stand, mais je n’aime pas leurs fils car il y a trop de polyestère et autres et ils ne connaissent pas la pure laine ou très peu.

C’était intéressant pour voir quelques fibres que l’on ne connait pas forcément tel que l’ortie, qui par contre est trop rèche à mon goût ainsi que le chanvre. Ces deux fils ont à mon goût trop l’aspect de la ficelle.

Je me suis donc trouvé, à part la laine de chez Mercredi & Cie, un tricotin super géant de chez Prym avec lequel on peut faire d’un morceau des bonnets, des tubes pour l’hiver etc …

Par contre, pour les amoureuses de la broderie, c’est le grand choix. Il y a des stands partout. Les perles régressent. Les grands présents sont aussi les stands de scrapbooking, quelques uns de patchwork.

Comme quoi, les modes, car il y a quelques années, vous aviez des perles partout et cette fois ci, le nombre de leurs stands a vraiment diminué.

Voilà mon rapport, et je conclus par ceci, le salon ne vaut pas le déplacement (400 km) pour moi, à part peut être pour voir certains fils moins connus (ortie, chanvre), mais en fin de compte internet suffit et les prix sont aussi différents (c’est moins cher sur internet).

Bye bye et bonne soirée