Complots et Trahisons dans l’Allier

Non, ce n’est pas l’histoire d’un meurtre sordide que je vais vous raconter mais plutôt le moyen de devenir enquêteur ou détective.

https://complotsettrahisons.files.wordpress.com/2015/03/affiche-ct-web1.jpg?w=873&h=1235

En fait, tous les étés, dans l’Allier à proximité de Vichy est organisé un jeu d’enquête. Cette année, c’est la 5ème édition « Complots et Trahisons ». Ce jeu se passe en 3 étapes, une le 4 juillet à Saint Germain de Salles, le 18 juillet à Billy et le 1er août au Château de Vesset.

L’inscription est de 9 € par épisode et par personne, 7 € si vous vous inscrivez à la trilogie et gratuit pour les moins de 8 ans. Ce qui est sympa est de former un groupe d’amis pour lier l’utile à l’agréable.

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image.

Et pour vous alléchez, je vous propose la bande annonce

Si vous êtes intéressés, la plate forme de réservation est juste là:

Bandeau courrier

Musée égyptien de Turin

Article paru dans le Parisien le 31 mars 2015

Le musée égyptien de Turin renaît après des travaux pharaoniques

31 Mars 2015, 17h12 | MAJ : 31 Mars 2015, 17h12

Le sarcophage de Butehamon le 31 mars 2015 au Musée égyptien de Turin, seul musée hors du Caire dédié exclusivement à l'art et la culture de l'Egypte ancienne
Le sarcophage de Butehamon le 31 mars 2015 au Musée égyptien de Turin, seul musée hors du Caire dédié exclusivement à l’art et la culture de l’Egypte ancienne (AFP/Marco Bertorello)

Le musée égyptien de Turin, quasi-bicentenaire et détenteur d’une des principales collections de ce type au monde, a dévoilé mardi ses locaux agrandis et rénovés à l’issue de cinq années de travaux « pharaoniques ».
Resté ouvert tout au long des travaux, le bâtiment, conçu au XVIIe siècle pour abriter une école jésuite, a vu sa surface d’exposition quasi doublée à 12.000 mètres carrés, son bâtiment mis aux normes et assaini et sa présentation interne remaniée de fond en comble, le tout pour un budget de quelque 50 millions d’euros.
Statues de pierre, stèles, momies, sarcophages et papyrus s’alignent, soigneusement mis en valeur. Les vieilles devantures de bois ont cédé la place à des vitrines de verre éclairées par des lampes led.
« Le travail a vraiment été pharaonique. (Ces travaux) ne sont pas un point d’arrivée mais un point de départ, le musée égyptien redevient un grand musée international », se réjouit le directeur du musée Christian Greco.
« Il avait besoin de tourner la page, non parce qu’il était mal fait, mais parce qu’il était dépassé. (…) Un musée doit vivre avec la société de son temps », renchérit Beppe Moiso, l’un des huit commissaires de salles du musée.
Le musée, l’un des 10 plus visités d’Italie (plus d’un demi-million de visiteurs en 2014), ouvrira gratuitement au public pour la journée de mercredi, a indiqué la présidente de la Fondation du musée, Evelina Christillin. Cette date a été choisie dans la perspective de l’Exposition universelle qui s’ouvrira dans la ville voisine de Milan à partir du 1er mai et devrait attirer des millions de curieux sur une période de six mois.

La visite se déroule désormais sur quatre étages, couvrant une période allant de 4.000 avant JC à 700 après. Elle comporte entre autres nouveautés une galerie de sarcophages anciens et elle permettra aux visiteurs de se promener virtuellement en 3D dans les tombes de hauts dignitaires égyptiens découvertes au début du XXè siècle.
Unique site au monde avec celui du Caire à être entièrement dédié à l’art et à la culture de l’Egypte ancienne, le musée, fondé en 1824, compte environ 32.500 pièces, dont seule une petite partie est exposée.

– Campagne d’Egypte avec Napoléon –

Une grande partie de son fonds (environ 5.300 objets dont 100 statues, 170 papyrus, des sarcophages et des momies) provient de l’acquisition en 1824 par le roi de Sardaigne Charles-Félix de Savoie d’une partie de la collection d’un compagnon d’armes de Napoléon Bonaparte, le Piémontais Bernardino Drovetti. Refusée par la France, elle fut achetée à grands frais par le roi pour des raisons essentiellement de prestige.
Drovetti accompagna le futur empereur durant sa campagne d’Egypte et il fut promu consul de France dans ce pays. Il se mit à réunir des milliers de pièces antiques égyptiennes, qu’il réussit à transférer en Europe pour les vendre. Une autre partie de sa collection se trouve aujourd’hui au musée du Louvre à Paris.
A l’époque, l’égyptologie faisait fureur: « C’était une mode. Le grand public découvrait ces objets tellement nouveaux, qui racontaient une histoire lointaine, illisible », explique le commissaire Moiso.
« Bonaparte, au-delà de ses succès militaires, qui certes n’ont pas été terribles en Egypte, a deux grands mérites: d’avoir amené avec lui des savants, des personnages extraordinaires, qui raconteront pour la première fois en Occident l’histoire de l’Egypte de manière scientifique. (…) Et de l’autre il y a cette pierre bénie », la pierre de Rosette, dont la découverte permettra le déchiffrement des hiéroglyphes par le savant français Jean-François Champollion, souligne-t-il.
Champollion lui-même ne put résister à l’attraction que représentaient ces pièces encore inconnues et se présenta de sa propre initiative en Italie.
Il passera plusieurs mois à étudier les pièces et à en dresser le catalogue. « La route pour Memphis et Thèbes passe par Turin », a-t-il écrit à leur propos.

Visite du musée égypten de Turin

Aujourd’hui, nous en profitons pour visiter le superbe Musée Egyptien de Turin. Ce musée est le 2ème plus important musée égyptien au monde après celui du Caire. Il a été totalement remodelé, c’est à dire que les autres musées se trouvant à l’intérieur, la Galerie des Antiquités et la Galerie Sabauda ont dû déménager pour laisser l’entier bâtiment aux oeuvres et objets egyptiens. Cette réouverture date du 1er avril 2015.

Article du Figaro du 1er avril 2015

Une nouvelle jeunesse pour le musée égyptien de Turin

La présentation de la deuxième plus grande collection d’œuvres archéologiques de l’Égypte ancienne après celle du Caire, a entièrement été repensée. Le public peut venir l’admirer dès aujourd’hui.

Le musée égyptien de Turin est resté ouvert tout au long des travaux qui ont duré cinq années. Le bâtiment, conçu au XVIIe siècle pour abriter une école jésuite, a vu sa surface d’exposition quasi doublée à 12.000 mètres carrés, a été mis aux normes et assaini, et sa présentation interne a été remaniée de fond en comble, le tout pour un budget de quelque 50 millions d’euros.

Statues de pierre, stèles, momies, sarcophages et papyrus s’alignent, soigneusement mis en valeur. Les vieilles devantures de bois ont cédé la place à des vitrines de verre éclairées par des lampes led.

«Le travail a vraiment été pharaonique. [Ces travaux] ne sont pas un point d’arrivée mais un point de départ, le musée égyptien redevient un grand musée international», se réjouit Christian Greco, son directeur.

«Il avait besoin de tourner la page, non parce qu’il était mal fait, mais parce qu’il était dépassé. […] Un musée doit vivre avec la société de son temps», renchérit Beppe Moiso, l’un des huit commissaires de salles du musée.

La visite se déroule désormais sur quatre étages, couvrant une période allant de 4000 avant Jésus-Christ à l’an 700. Elle comporte, entre autres nouveautés, une galerie de sarcophages anciens et elle permettra aux visiteurs de se promener virtuellement en 3D dans les tombes de hauts dignitaires égyptiens découvertes au début du XXe siècle.

Le musée, l’un des dix plus visités d’Italie (plus d’un demi-million de visiteurs en 2014), ouvre gratuitement au public aujourd’hui. Cette date a été choisie dans la perspective de l’Exposition universelle qui débutera dans la ville voisine de Milan à partir du 1er mai et devrait attirer 160.000 curieux par jour pendant six mois. La ville de Turin compte bien profiter de cet événement pour attirer des touristes dans ses musées, palais et églises.

Campagne d’Égypte avec Napoléon

Une grande partie de son fonds (environ 5300 objets dont 100 statues, 170 papyrus, des sarcophages et des momies) provient de l’acquisition en 1824 par le roi de Sardaigne Charles-Félix de Savoie d’une partie de la collection d’un compagnon d’armes de Napoléon Bonaparte, le Piémontais Bernardino Drovetti. Refusée par la France, elle fut achetée à grands frais par le roi pour des raisons essentiellement de prestige.

Drovetti accompagna le futur empereur durant sa campagne d’Égypte et il y fut promu consul de France. Il se mit à réunir des milliers de pièces antiques égyptiennes, qu’il réussit à transférer en Europe pour les vendre. Une autre partie de sa collection se trouve aujourd’hui au musée du Louvre à Paris.

«Bonaparte, au-delà de ses succès militaires, qui certes n’ont pas été terribles en Égypte, a deux grands mérites: d’avoir emmené avec lui des savants, des personnages extraordinaires, qui raconteront pour la première fois en Occident l’histoire de l’Égypte de manière scientifique. […] Et de l’autre, il y a cette pierre bénie», la pierre de Rosette, dont la découverte permettra le déchiffrement des hiéroglyphes par le savant français Jean-François Champollion, souligne le commissaire Moiso.

Champollion lui-même ne put résister à l’attraction que représentaient ces pièces encore inconnues et se présenta de sa propre initiative en Italie. Il passera plusieurs mois à étudier les pièces et à en dresser le catalogue. «La route pour Memphis et Thèbes passe par Turin», a-t-il écrit à leur propos.

Capture d’écran 2015-05-23 à 09.56.43

Capture d’écran 2015-05-23 à 09.59.31

Expositions

1920x640-HP-FR

Tout d’abord pour tous les fans d’Harry Potter (je fais faire l’effort, c’est pour ma fille), il y a à la Cité du Cinéma de Saint Denis l’exposition Harry Potter du 4 avril au 6 septembre.

Il est conseillé de réserver son billet par internet si on veut éviter une longue attente.

Pour les Potterheads (surnom donné aux fans d’Harry Potter)

« Si les décors ne sont pas aussi impressionnants que dans les studios Warner de Londres, les fans du plus célèbre des sorciers seront ravis de découvrir la multitude d’objets exposés. Les autres ne sauront pas trop où donner de la tête et regretteront le manque d’explications sur les coulisses des tournages. Résultat, ce beau musée n’étanche pas notre soif d’apprendre et d’interactivité Dommage!

Tiré du Monde des Ado n° 340

A royal visit to Hogwarts

Exposition Harry Potter dans les studios londoniens de la Warner Bros. Par contre, je ne trouve pas de dates, c’est peut être (je le pense) une exposition permanente.

Le prix du billet est de 25,50 £ (soit env 34 €) pour les moins de 15 ans, vous avez également un pack comprenant le transport en bus customisé et l’entrée au musée à 58 £ (soit env 78 €) car les studios se trouvent à l’extérieur de Londres (tarifs 2014).

Du 13 décembre 2014 au 20 septembre 2015.

Sujet longtemps délaissé, l’étude de la magie antique a retrouvé ces dernières années une place au sein des études classiques. Les publications, mais aussi les expositions du musée d’Argentomagus puis du musée de Jublains ont permis d’en renouveler l’approche.

La magie et la sorcellerie dans l’Antiquité nous sont connues grâce aux sources littéraires : traités d’astrologie, de magie… Les fouilles archéologiques ont également livré un grand nombre d’objets qui permettent d’appréhender ce qu’était le quotidien des pratiques et surtout leur large diffusion.

A travers des instruments de rituel, des talismans et des objets plus mystérieux que l’on ne sait pas toujours interpréter, vous découvrirez la richesse et la variété des pratiques, de la magie blanche à la magie noire, en passant par l’astrologie et la divination.

Tarif 5 €

« Marsala », la couleur 2015

En lisant le blog de mon amie Agnès « Ready to knit« , j’ai appris que la couleur 2015 sera le rouge « Marsala » comme le vin originaire de Sicile de la ville du même nom.

Pantone Color of the Year 2015 Marsala

Cela pourrait nous donner l’occasion d’aller en Sicile et de visiter Marsala:

Eglise du Purgatoire

Un des plus vieux cafés de Turin – Caffè al Bicerin

Le « Caffè al Bicerin » existe depuis 1763. Vous pouvez y déguster entre autre le fameux Bicerin (café, chocolat et crème) et admirer les lieux.

Voici d’ailleurs un lien où vous trouverez tous les cafés historiques de Turin.

Capture d’écran 2014-11-30 à 16.53.01

Torino Magica: tour del mistero e della Torino esoterica

Quand vous visitez ou visiterez Turin, la ville propose des tours pour découvrir le Turin magique. Le transport d’un lieu à l’autre est fait en bus et les parcours de découverte sont faits à pieds;

Capture d’écran 2014-11-30 à 16.29.24

L’originale, l’unica, la più copiata…

Sorta alla confluenza di due fiumi, il Po e la Dora, e posta al vertice di due triangoli, quello della magia bianca e quello della magia nera, Torino vanta una tradizione esoterica secolare.
Un percorso intrigante e curioso tra volti inquietanti, enigmi massonici e simboli esoterici prende vita attraverso il mistero del Portone del Diavolo, gli spettrali dragoni, la leggenda delle grotte alchemiche, per culminare nella donna velata che regge il calice del Sacro Graal, sotto l’occhio attento dei fantasmi più famosi.
Tutta la magia di una città in un itinerario che racconta la trasmutazione e il mistero di Torino.

Disponibile anche in Francese, Giapponese, Inglese, Russo, Spagnolo, Tedesco, su richiesta.